Description

Le ciel, les étoiles, l’environnement sont des motifs récurrents dans les œuvres de Maclean. L’artiste cartographie des objets célestes et terrestres, utilisant pour ce faire une panoplie de matériaux qu’il trouve directement dans son environnement. Bâches de plastique, couvertures de transport, panneaux d’aluminium et papier journal sont autant de surfaces utilisées pour ouvrir sur de nouveaux espaces. Pour réaliser Prayer for Athabasca, l’artiste a juxtaposé des fragments de bâches aux formes anguleuses et aux couleurs complémentaires qui composent différents plans et créent une illusion de profondeur. Deux constellations voisines, l’Éridan (qui doit son nom à un fleuve de la mythologie grecque) et le Fourneau, sont dessinées à l’aide d’œillets de métal sur ces pans de bâche qui, du coup, deviennent une portion de ciel et nous font voir l’ensemble de la composition comme un paysage céleste. Quoique le travail pour le moins formaliste de l’artiste nous transporte dans l’espace intersidéral, le titre de l’œuvre nous ramène à des considérations environnementales. Athabasca est le nom d’une rivière de l’Alberta qui traverse une région où se trouvent d’importants gisements de sables bitumineux et qui est aujourd’hui l’une des plus polluées du pays. L’œuvre prend ainsi la forme d’un ex-voto, une prière pour tous les êtres vivants de cet écosystème ravagé par l’extraction du bitume. J. B.

Capsule historique