Description

Kent Monkman s’intéresse particulièrement au genre de la peinture d’histoire. Sa démarche consiste à revisiter certains événements historiques et à en proposer une réécriture. Il réactualise avec finesse et humour les rapports d’assujettissement qui ont marqué les relations entre les Premières nations et les colonisateurs européens. À mille lieues du récit historique convenu, le tableau intitulé Montcalm’s Haircut montre le personnage de Miss Chief Eagle Testickle profitant du sommeil du général Montcalm. Représenté plus jeune qu’il ne l’était réellement en 1759, le général est dépeint sous les traits d’un adonis. Alors que ce dernier sommeille, couché nu dans sa tente, Miss Chief Eagle Testickle, l’alter ego de l’artiste personnifiant ici une Dalila amérindienne, lui coupe les cheveux. Jouant sur l’iconographie de la chevelure comme symbole de pouvoir et faisant de sa coupe un acte d’humiliation et de domination, l’artiste propose ainsi un récit différent, celui de l’Amérindien qui amoindrit la puissance du militaire. Le point de vue est non pas celui de la suprématie coloniale, mais celui d’un artiste d’ascendance crie qui tente d’associer un imaginaire subversif et sensuel au discours anticolonialiste. M.-E. B.