Description

À la surface de l’image, des touches de lumière sont peintes comme si un éclairage naturel se réfléchissait sur la toile. Il y a, dans le travail de Jean-François Lauda, une relation intuitive et spontanée à la nature des matériaux. Bien que cette récente exploration soit davantage géométrique et formelle que les œuvres des séries précédentes, le peintre anime ici les éléments comme si son langage plastique était directement prélevé du réel observé. L’œuvre FDC 34 comporte de nombreuses traces de repentirs, c’est-à-dire que de petites plages de couleur ont résisté au recouvrement de la surface. Le titre de la série, Fait de concentré, évoque une production qui tire sa forme de l’expérimentation et qui, à travers elle, doit parfois en assumer les réparations. Les compositions sont improvisées et brouillées dans leur structure, l’artiste n’en découvrant l’unité qu’à la toute fin, avant l’effondrement des éléments plastiques. M.-E. B.